Les ateliers d’écriture

LES ATELIERS D’ECRITURE

Écrire ici et maintenant, jongler avec les motsecritatelier

En collaboration avec la bibliothèque de référence de Toronto, l’Écriture en mouvement propose des ateliers « à la manière oulipienne »

À noter :

Le nombre de participants est limité et vous devez vous s’inscrire en appelant le 416 395-5762 ou écrire à programmesenfrancais@torontopubliclibrary.ca

Bibliothèque Toronto Reference salle B1

789 rue Yonge  416-393-7085

 

[pdf-embedder url= »http://www.ecriture-en-mouvement.com/wp-content/uploads/2016/02/metropolitain-et-atelier-OuLiPo.pdf »]

Travaux collectifs et ludiques à partir de contraintes formelles liées au langage : écriture de poèmes (poèmes portraits, poèmes paysagers…), récits, dialogues.

Les propositions de travail sont toujours liées à une oeuvre oulipienne «potentielle», textes de Perec, de Queneau, de Calvino, de Roubaud, de Bénabou…
Ecriture individuelle, à deux, ou collective engageant le groupe entier.
Travail, enfin, sur la lecture à haute voix de ces textes.

Si la demande est plus axée sur le théâtre, on travaille sur une écriture intensive de pièces courtes fondées sur le dialogue, l’invention de personnages et de situations conflictuelles.
Recherche autour de formes fixes spécifiquement théâtrales (ronde à la Schnitzler, « théâtre simple », théâtre booléen…)

Si la demande est plus axée sur le roman, on travaille sur des formes romanesques contraintes toujours dans l’esprit de la « forme fixe » (Perec, Calvino…).

Si la demande est plus axée sur l’univers mathématique, on travaille sur les formules exploitées par l’Oulipo : poésie combinatoire ; sextines et n-ines ; redondes ; théâtre booléen ; roman en carré gréco-latin ; récit en x prend y pour z… etc.

Paul Fournel
Directeur définitivement provisoire
paulfournel.net
oulipo.net

 

montage-4-ateliers

Quatre des Oulipiens venus de France pour participer aux 24 heures du roman : écrire à 24 voix le roman Sur les traces de Champlain avec comme contraintes : un train en marche + 12 heures pour écrire chacun leur chapitre de 2800 mots.

(de gauche à droite : Paul Fournel, Michèle Audin, Ian Monk, Hervé LeTellier)